Les délais de grâce dans le cadre d’une expulsion locative

7 août 2022 | Contentieux, Droit de l'immobilier

Partager cet article
Conformément à l’article L412-3 du Code des procédure civiles d’exécution, le juge peut accorder des délais de grâce, c’est-à-dire des délais pour quitter le logement, lorsqu’un locataire a fait l’objet d’une procédure d’expulsion.

A titre informatif, l’huissier est seul habilité à exécuter une décision de justice. Il informera ainsi le locataire de l’ordonnance ou du jugement ordonnant l’expulsion locatif et lui remettra un Commandement d’avoir à quitter les lieux, acte juridique lui indiquant qu’il dispose de 2 mois pour évacuer le logement. L’huissier pourra au besoin solliciter le concours de la force publique.

En d’autres termes, lorsqu’un commandement de quitter les lieux est signifié au locataire, ce dernier aura la possibilité de saisir le juge de l’exécution pour bénéficier de délais.

L’expression « délai de grâce » désigne le report du terme d’une dette, d’une obligation ou l’échelonnement des échéances que le juge ou le créancier peut accorder pour tenir compte de la situation du débiteur.

Le cabinet de Maître Eva DUMONT SOLEIL vous accompagne en matière de délais de grâce dans le cadre d’une expulsion locative.

loi délais expulsion locative

I. Quelles sont les conditions requises ?

1ère condition : La signification du commandement d’avoir à quitter les lieux

Tout d’abord, l’huissier doit avoir délivrer un commandement de quitter les lieux au locataire, il s’agit d’une condition préalable à toute demande de délai de grâce.

Un délai de deux mois doit s’écouler entre cette remise par l’huissier et l’expulsion effective du locataire. En cas de non-respect de ce délai, la procédure sera nulle.

2ème condition : La saisine du juge de l’exécution par voie de requête ou d’assignation.

Pendant ce délai de deux mois suivant l’expulsion, le locataire aura la possibilité de saisir le juge de l’exécution dans le but d’obtenir un délai de grâce.

Le cabinet vous accompagne dans le cadre de la saisine du juge de l’exécution compétent.

II. Qui peut demander les délais de grâce ?

Selon l’article L.412-3 du code des procédures civiles d’exécution, « Le juge peut accorder des délais renouvelables aux occupants de lieux habités ou de locaux à usage professionnel, dont l’expulsion a été ordonnée judiciairement, chaque fois que le relogement des intéressés ne peut avoir lieu dans des conditions normales, sans que ces occupants aient à justifier d’un titre à l’origine de l’occupation.

Le juge qui ordonne l’expulsion peut accorder les mêmes délais, dans les mêmes conditions. »

Ainsi, le juge de l’exécution accorde des délais renouvelables aux occupants de locaux habités ou à usage professionnel dont l’expulsion a été ordonnée judiciairement.

Quels sont les délais accordés ?

Selon l’article L.412-4 du code de procédure civile d’exécution, l’octroi de délai de grâce ne peut inférieur à 3 mois, ni supérieur à trois ans.

Le juge se positionnera sur l’octroi de délai de grâce en analysant différents critères parmi lesquelles :

  • La bonne ou mauvaise volonté manifestée par l’occupant ;
  • La situation du propriétaire et de ses occupants
  • L’âge ;
  • L’Etat de santé ;
  • La qualité de sinistré par faits de guerre ;
  • La situation de famille ou de fortune de chacun d’eux ;
  • Les situations atmosphériques ;
  • Les diligences que l’occupant justifie avoir faites en vue de son relogement ;
  • Du droit à un logement décent et indépendant

Le cabinet de Me Eva DUMONT SOLEIL accompagne les locataires faisant l’objet d’une expulsion, pour obtenir des délais de grâce et mettre en avant les différents critères qui permettront au juge de se positionner.

Quels sont les recours pour le propriétaire ?

En vertu du même article, le juge tient compte « des situations respectives du propriétaire et de l’occupant ».

Ainsi, non seulement la situation du locataire est prise en compte mais également celle du propriétaire qui pourra également s’opposer à l’octroi de délai de grâce.

Dans ce cas de figure, l’accompagnement d’un avocat est donc indispensable si le propriétaire veut éviter que le juge n’accorde un délai de grâce au locataire.

avocat droit des affaires et société val d'oise

Droit des affaires

Accompagnement juridique, conseils adaptés
en contentieux du droit des affaires et défense de vos intérêts
avocat cession et achat fonds de commerce val d'oise 95

Cession de fonds de commerce

Le cabinet vous accompagne dans toutes vos opérations d’achat ou de cession de fonds de commerce
droit immobilier et contentieux avocat 95

Immobilier

Bail d’habitation, bail commercial, droit immobilier, droit de la construction et ventes aux enchères immobilières
avocat spécialiste droit des contrats 95

Autres domaines

Droit des contrats, droit des assurances , propriété intellectuelle et droit des étrangers.